Les essences de bois...

Nous allons voir les différentes essences de bois utilisées pour la fabrication des guitares acoustiques, électro-acoustiques et électriques. En fonction de chacune de leurs caractéristiques (solidité, souplesse, aspect, provenance, sonorité…), nous verrons dans quels composants et types de guitare ils sont généralement exploités en fonction de leurs qualités. Leur version laminée ou massive sont également des critères à prendre en considération que ce soit pour la durabilité du matériau ou le budget de votre guitare.

 

Les Bois Maton

 

Guitare en bois massifs ou laminés ?

Le bois massif

Il consiste à prendre le bois directement de l’arbre, le laisser sécher et le découper pour en faire une guitare selon la technique du papillon. La planche est coupée en son centre pour former ensuite la symétrie du corps de la guitare. L’inconvénient ? Son prix est généralement plus élevé. Mais l’avantage est que le bois peut travailler librement avec le temps et améliorer le son de votre instrument tout au long de sa vie. Cette technique assure aussi une bonne résistance à l’humidité et aux changements de température ainsi qu’une solidité sur le long terme si la guitare est manipulée avec précaution.

Le bois laminé

Il est parfois appelé aussi stratifié ou plaqué. C’est une technique qui superpose plusieurs « feuilles » de bois l’une sur l’autre en les collant entre elles. La dernière couche de bois visible, pour des raisons esthétiques, est « authentique », « précieux » ou encore « noble ». L’avantage des guitares en bois laminé, contrairement au massif, est qu’elles sont moins coûteuses. L’inconvénient réside dans son vieillissement. Le bois collé ne peut pas « bouger » convenablement avec le temps empêchant une amélioration du son.

 

Les essences de bois

L’épicéa

Spruce, en anglais, il est souvent utilisé dans la fabrication des guitares acoustiques et électro-acoustiques. L’épicéa se décline en 3 sous-catégories.

 

L’épicéa des alpes 

 

est une essence de bois que l’on retrouve en Europe et en Scandinavie. De couleur claire, il est utilisé dans la fabrication des tables d’harmonie. Il offre des sonorités brillantes et puissantes, idéales pour les amateurs de guitares folks. Le bois utilisé est extrait d’arbres adultes dont l’âge confère plus de solidité aux guitares classiques haut de gamme. Avec le temps, l’épicéa continue à travailler et ajoutera à votre guitare plus de qualité sonore en vieillissant ! En somme, que du bonheur !

 

L’épicéa Engelmann 

 

vient d’Amérique du Nord. Tout comme son frère européen, il pousse en montagne, près des ruisseaux et des fleuves. On priorise les arbres situés en très hautes altitudes, comme par exemple sur les pics des Rocheuses. Cela en fait une essence de bois particulièrement résistante au gel et à l’humidité. Son apparence est très proche de l’épicéa européen.

 

L’épicéa de Sitka 

 

vient aussi d’outre-Atlantique, du Canada et de l’Alaska. Encore une essence de bois qui résiste bien à de très basses températures. Son aspect est nettement plus foncé que les deux précédents. Ce matériau est priorisé dans la guitare folk plutôt que classique pour ses sonorités claires et brillantes alliées à des basses puissantes.

 

Le cèdre


Le cedar, en anglais ou red cedar est une essence de bois utilisée dans la fabrication des guitares acoustiques. Provenant du Canada, elle est prisé pour la construction des tables d’harmonie. Plus courant et moins cher que l’épicéa, le cèdre est néanmoins plus fragile. Il est surtout apprécié pour ses sonorités rondes, plus chaleureuses et une projection plus forte. C’est l’essence utilisée par défaut pour les guitares classiques. Le seul inconvénient est que, une fois amplifiée (en électro-acoustiques), elle manque de tenue du son, l’équivalent du « sustain », finalement. Ce qui en fait un bois limité à un jeu en solo plutôt qu’en groupe.

 

L’aulne


L’Alder est l’essence de bois que l’on retrouve le plus souvent dans les corps solid-body des guitares électriques, notamment, pour sa facilité à être travaillée par les luthiers. Provenant généralement du Nord et plutôt accessible au niveau budget, il est très apprécié pour ses sonorités neutre, basses fréquences, médiums et aigus sont équilibrés et fournissent une harmonie fidèle à votre guitare électrique.

 

Le frêne

L’Ash, en anglais, est l’une des essences de bois les plus solides, les plus denses mais également les plus coûteuses. Malgré son poids, ses qualités sont exploitées sur des modèles généralement haut de gamme. Sustain et brillance du son constituent les qualités du frêne, un bois très dure mais facile à travailler. Originaire d’Europe, d’Amérique et du Japon, il est relativement veiné et se confond parfois aussi avec le chêne. Son aspect est d’ailleurs un autre de ses points forts.

Le tilleul

 

Appelé aussi basswood, c’est une essence de bois qu’on retrouve aussi bien en Europe qu’en Amérique. Très utilisé pour les corps de guitares électriques, le tilleul est réputé pour ses sonorités chaudes. Sa couleur reste très claire et convient parfaitement pour un instrument qui va vous accompagner toute une vie. Sa solidité s’améliore en vieillissant ce qui en fait  un bois relativement recommandé.

Le peuplier

 

Le peuplier ou poplar est un bois très utilisé pour la fabrication des corps des guitares électriques.  Peu coûteux, sa couleur tire parfois vers le vert mais les tons restent clairs. Sa faible densité par rapport à d’autres essences de bois propres aux solid-body réduit le poids de l’instrument. Sa souplesse lui apporte l’inconvénient de « bouger » au fil du temps et de déformer les zones proches des jointures, par exemple, avec le bras de leviers du vibrato. Il est parfois utilisé dans la confection de guitares acoustiques.

 

 

Le palissandre

 

Le palissandre (rosewood) est également un bois dur et très dense. Il est surtout utilisé pour les dos, les éclisses et la touche. De couleur plus sombre et d’une texture assez grasse, il a l’avantage de résister à l’humidité sans devoir être verni. Très peu utilisé en tables d’harmonie pour sa  difficulté à être travaillé, il provient généralement d’Inde. Sa version brésilienne en voie de disparition est parfois très recherchée pour son aspect veiné très particulier, les luthiers le remplacent aussi parfois par le palissandre de Madagascar.

 

L’acajou


Le mahogany, ce bois exotique à la couleur rougeâtre constitue l’une des essences de bois les plus utilisées pour le manche, le fond et les éclisses. Il est apprécié pour ses tonalités rondes et chaleureuses. De forte densité, il fait néanmoins perdre en brillance et clarté du son. C’est pourquoi, on le retrouve dans des genre musicaux tels que le Rock ou le Blues pour son excellent sustain et sa profondeur de son. Notez que le korina possède, à peu de chose près, la même provenance et mes mêmes caractéristiques que l’acajou.

 

L’ébène


L’ebony est tout aussi exotique que l’acajou. Sa couleur noire en fait une essence de bois très appréciée pour son aspect ! Grâce à un son chaleureux, il remplace de plus en plus le palissandre pour la fabrication des touches et des chevalets. Bois relativement stable, dure et dense, il résiste bien aux changements de températures. On le retrouve aussi bien sur des guitares électriques qu’acoustiques.

 

L’érable


L’érable ou maple est surtout utilisé pour les manches. On le retrouve aussi dans sa fonction de « placage » du corps de certaines guitares, en version laminée. Essence de forte densité et relativement lourde, l’érable est également utilisé pour la touche et conduit très bien les vibrations des cordes. Cette dernière fonction oblige le luthier à vernir ce bois qui souffrirait de l’humidité liée à la sueur des doigts. Sustain, rondeur et chaleur du son constituent ses qualités appréciées sur guitares électriques. Il est également utilisé sur guitares acoustiques.

 

Le noyer


Le walnut, en anglais, est encore une autre essence de bois mais moins commune. On l’utilise dans la fabrication des éclisses et des fonds voire des manches. Pour pallier à l’extinction de l’acajou ou du palissandre, les luthiers se tournent de plus en plus vers le noyer qui apporte, d’ailleurs, une projection plus forte et un son encore plus rond, presque plus lourd que ses deux grands frères, l’aspect exotique en moins.

 

 

Le cerisier


Le wild cherry (cerisier) et le merisier sont d’autres essences de bois que l’on retrouve en lutherie pour les dos et les éclisses. Il provient parfois du Mexique ou d’Amérique du Nord. Peu utilisé en générale, il est, dit-on, apprécié pour ses caractéristiques proches de celles de l’acajou ou de l’aulne. Il sert à fabriquer généralement des guitares acoustiques mais convient aussi pour les instruments électriques.

 

Le cyprès

 

Le cyprès (cypress) est traditionnellement exploité dans la fabrication des fonds, des éclisses et parfois des tables des guitares flamencas. Léger et souple, il convient parfaitement aux figures de ce style propre à ce genre musical ancestrale.